Nov 12 2019

BO 2 suite – à CAUDERAN – dimanche 10 nov

Le match en quatre mots :
Partis ravis,
Revenus deconfiits.

Nous partimes donc à neuf. Un exploit pour le collectif de réservistes du BOVB. De mémoire on n’avait pas été aussi nombreux à l’extérieur depuis bien longtemps. D’autant que nous étions 10 inscrits initialement avec papa Stefan, certainement pris par des obligations de dernière minute.

9 le nombre parfait, s’il en est, dans la table des carrés pour ceux qui n’ont pas oublié leurs cours de math.
9 est un carré et ca s’est rapidement vérifié au bord du terrain : on avait donc sur la feuille de match 3 groupes de 3: trois passeurs, trois centraux et trois postes 4.

Le match se jouant en trois sets gagnants, et emprunts d’un sentiment d’équité (3×6 divisé par neuf pour ceux qui ne suivent pas…), chacun devait jouer au moins deux sets. Ca tombait bien! Tout le monde avait envie de jouer.

 

Premier set. Ca envoie. On subit dans touts les domaines de jeu. mais en BO2 c’est coutume, on a l’habitude d’encaisser (un peu à la Rocky Balboa), on garde la tete hors de l’eau.
Second set, et valse des joueurs pour respecter les consignes de temps de jeu. Meilleur départ du collectif mais rapidement on retombe dans les travers du premier set : en clair : pas réveillés au service. Trop de déchets.
Des recep approximatives lorsqu’on ne zippe pas des services trop longs qui sortent. Des relances elles aussi approximatives, pas centrées sur le passeur. On joue en 5-1 (5 et 1) mais l’opposé passeur étant lui-même passeur, ses reflexes de passeur ressortent et cela induit un soupçon de confusion ou de la gène dans le placement.
A l’attaque là encore trop de balles dehors, dans le filet, ou même parfois absence d’attaquant concerné par la balle. Des doubles fautes sous la forme de deux serveurs de suite qui ratent leur mise en jeu.
Beaucoup (trop) de balles aux trois mètres, car par défaut le passeur ne peut mieux distribuer au filet. Mais les 3m (300 cm pour être exact), ce n’est pas notre point fort, c’est peine perdue.
Au temps mort du second set on en vient même à abandonner le.5-1 pour un systeme simplissime de 4-2. On tient un peu mieux la fin du set, Caudéran faisant rentrer sur le terrain son arrière-banc de remplaçants (ça crie beaucoup côté Cauderan, surtout des consignes de placement pour les nouveaux entrés ) .

Le troisième set (avec rebelote de valse de joueurs) est un peu mieux car plus appliqué. De très belles choses : Les demis (0,5=1/2!) au centre claquent mieux. On joue même les mains du bloc en poste 4. Les services sont plus constants. La recept vient bien mieux au passeur.  Bref du mieux. On y croit.

Malgré une course en tête pendant une grande partie du set, les côtiers concède le set, amers.
CAUDERAN a indéniablement montré du beau jeu. Des postes 4 solides avec des diag appuyées évitant le bloc et parfois des belles lignes. Beaucoup de maîtrise aux 3 mètres qui percent une defense attentiste des Biscarrossais. De notre côté, beaucoup de défenses réflexe grossières à une main face au jeu rapide des girondins (numéro de département 33).
Et la defaite 3-0 s’imposait aux lève-tôts du dimanche matin!

Rdv était pris pour le soir-même, pour ceux qui n’étaient pas trop crevés ou qui voulaient une vraie suée, pour la nuit du volley.